En Espagne, au niveau de plusieurs bureaux de détaxe situés dans les aéroports des villes touristiques les plus prisées, le dinar algérien est utilisé pour rembourser les voyageurs algériens qui effectuent des achats au cours de leurs vacances. Une véritable infraction à la réglementation puisque notre monnaie n’est ni exportable, ni convertible à l’étranger. 

Le règlement 01-07 de la Banque d’Algérie stipule clairement que la monnaie algérienne n’est pas exportable, ni convertible à l’étranger. « Sauf autorisation expresse de la Banque d’Algérie, l’exportation de même que l’importation de tout titre de créance, valeur mobilière ou moyen de paiement libellé en monnaie nationale sont interdites », stipule à ce propos l’article 6 dudit règlement. Comment des agents des bureaux agréés par les autorités douanières espagnoles se sont-ils alors procurés le dinar algérien ? C’est la question que se posent de nombreux voyageurs algériens qui ont constaté à Alicante, où cette photo a été prise, que les bureaux de détaxe leur remboursent en dinars l’équivalent de ce qu’ils avaient dépensé en euros ! Un délit grave vis-à-vis de la loi.

Les touristes algériens, faut-il le souligner, à l’instar des autres vacanciers issus de pays hors Union européenne, peuvent effectuer des achats sans payer d’impôts. Ils bénéficient d’une réduction de 21% du prix total de l’objet acheté au cours de leurs vacances en Espagne si le montant global de la note s’élève à plus de €90,15.  Et lors de leur embarquement à l’aéroport, les touristes algériens doivent présenter les chèques de remboursement de taxes et la douane peut leur exiger de voir parmi leurs bagages les articles concernés avant de valider leurs chèques. Une fois ces derniers validés par les douaniers, les vacanciers algériens peuvent en recevoir la somme en liquide auprès de tout bureau de change, dans la devise de leur choix. Uniquement en devises, mais pas en monnaie nationale, étant donné que le DA n’est pas devise convertible.

Et en violation de la réglementation en vigueur, certains bureaux de détaxe imposent aux voyageurs algériens des paiements en dinars ! De nombreux Algériens ont protesté auprès des douaniers espagnols, en vain. Le plus étrange dans cette situation demeure le silence complice et effarant de la Banque d’Algérie qui n’a déposé aucune plainte ni enclenché la moindre enquête pour situer les responsabilités et remonter la file de ce trafic, puisque c’en est un.

La présence du DA dans les bureaux de détaxe à Alicante démontre que des réseaux de trafic de monnaie. Il y a donc une évasion programmée de quantités considérables de la monnaie nationale. Pire, nos ressortissants se font arnaqués par les douanes espagnoles sans que nos autorités ne réagissent. Nos vacanciers dépensent en monnaie forte et ils se font rembourser en dinars. Ils perdent ainsi au change et ils se retrouvent contraints d’obtempérer au risque de se voir priver de leur droit à la détaxe. Face à cette situation abracadabrantesque, les consulats algériens en Espagne se murent dans l’immobilisme. Un véritable scandale…