Lors du Festival de Cannes de 2013, des bijoux d’une valeur de 500 000 euros ont été volés. L’incident avait défrayé la chronique à l’époque. Parmi les coupables présumés figuraient plusieurs Algériens qui viennent, tout juste, d’être condamnés à des peines d’emprisonnement.

Il s’agit entre autre de Djelloul Mezzouar, 44 ans, arrêté en flagrant délit de vol dans un hôtel de luxe de Palma de Majorque, dans les îles espagnoles des Baléares, un mois après les faits, a été condamné à 10 ans de prison, et Mohamed Marref, 46 ans, actuellement en Algérie, à 14 ans de réclusion, soit le maximum.

Selon l’AFP, ces deux voleurs avait un complice, un autre Algérien nommé Samir Guerroum, 38 ans, chauffeur du groupe. Il a été arrêté dans le sud de la France en janvier 2014. Il a, pour sa part, écopé de sept ans de prison pour complicité.

Pour avoir caché les objets volés, Farida Saddouki, l’ex-concubine algérienne de Djelloul Mezzouar, a, elle, été condamnée à deux ans de prison. Le procureur avait requis des peines de quatre à 14 ans d’emprisonnement.

Les trois hommes condamnés par la justice française ont un lourd casier judiciaire. D’ailleurs, dès leur arrivée à Mons en Belgique, ils avaient commencé par cambrioler le coffre-fort d’un Koweïtien dans un hôtel de la ville le 15 mai 2013.

Parmi les objets volés, se trouvaient trois montres et six paires de boucles d’oreille en diamant, un bracelet et une bague en saphir ainsi qu’un collier, destinés à être portés par les personnalités pendant le festival de cinéma. Ils ont également cambriolé la chambre de la directrice américaine du bijoutier Chopard et celle d’un ressortissant canadien dans un autre hôtel de Cannes.

Les voleurs ont causé au joallier Chopard un préjudice de 536.000 euros. Les objets volés, d’une valeur inestimable n’ont jamais été trouvé, car, selon les accusés, ils ont été cédés pour le prix de 30 000 euros à un receleur à Paris.

Nourhane S. 

Notez cet article