Liberté du Culte/ La réponse de Mohamed Aïssa aux Américains

0
363

Le rapport du département d’Etat américain, qui met notamment en cause le non-respect des libertés religieuses en Algérie, ne semble pas gêner autre mesure le ministre des Affaires religieuses et des Waqfs. Mohamed Aissa, qui s’est  exprimé samedi à Alger, a indiqué que le rapport du département d’Etat américain est «positif».

Pour le ministre, «ce rapport positif est le meilleur qui soit rédigé  sur l’Algérie, depuis que le Département d’Etat américain se soit penché sur  cette question», ajoutant que «les auteurs de ce rapport ont bien saisi le  concept d’équité et la politique adoptée par l’Algérie en termes de modération,  de préservation de l’identité et de soutien au dialogue des civilisations».

Le ministre des Affaires religieuses, qui a fait du respect des autres religions son cheval de bataille, ne veut pas occulter les aspects «négatifs» de ce document que publie, chaque année, le département d’Etat américain. «Les lacunes relevées par ledit rapport sont dues à une incompréhension de notre culture nationale», a indiqué le ministre précisant que «l’Algérie  demeure attachée à son appartenance culturelle et civilisationnelle et consacre  la liberté de culte et de la pratique religieuse aussi bien dans sa Constitution  que dans les lois de la République».

Par contre, Mohamed Aïssa préfère laisser le soin au ministère des Affaires Etrangères de répondre de manière officielle aux remarques américaines. «Le ministère des Affaires étrangères apportera une réponse officielle au rapport américain sur les libertés religieuses dans le monde en 2015, lequel  a salué les efforts déployés par l’Algérie pour faire respecter les libertés  religieuses conformément à des garanties constitutionnelles et légales», a-t-il précisé.

Le département d’Etat américain a notamment relevé dans rapport les pressions qu’exercent les autorités algériennes sur ceux qui pratiquent d’autres cultes. Il a également qualifié les Algériens d’intolérants.

Essaïd Wakli