Les programmes des manuels de deuxième génération destinés aux élèves du cycle primaire (1ère et 2ème année) se verront enrichis de textes d’auteurs algériens véhiculant le modèle culturel national. La ministre de l’Éducation semble déterminée à garder le cap dans son processus de réformes qui vise notamment à éradiquer le fléau de l’aliénation culturelle.     

L’annonce a été faite, dimanche, par Nouredine Khaldi, directeur de l’éducation pour la région d’Alger-centre, qui a, entre autres, indiqué que « les programmes des livres scolaires évoqueront l’identité nationale, le patrimoine national et l’histoire de l’Algérie ».

M. Khaldi a mis l’accent sur le fait que les enseignants ont bénéficié de stages de formation sur la méthode d’enseignement de ces programmes en prévision de l’année scolaire 2016/2017.

Il a en outre précisé que les manuels de deuxième génération permettront d’alléger les cartables des élèves de première et deuxième année primaire en « limitant le nombre de livres de dix auparavant à deux, l’un pour l’arabe et les matières annexes et l’autre pour les mathématiques, la technologie et les sciences ».

Cette mesure sans cesse défendue par la ministre de l’Éducation nationale, Nouria Benghebrit, constitue indéniablement la pierre angulaire d’une école nouvelle visant à renouer avec les valeurs algériennes et se défaire d’un état de schizophrénie du à un clonage culturel sur des modèles orientaux qui ont largement prouvé leur stérilité. Et c’est certainement cela qui irrite au plus haut point les islamo-conservateurs

Massi M.

Notez cet article