Les points de vue des observateurs étrangers sur la situation de l’économie algérienne se suivent et ne se ressemblent pas forcément. Tandis que le prestigieux magazine britannique The Economist critiquait, dans sa dernière livraison, très sévèrement l’«immobilisme» des dirigeants algériens, le Département d’Etat américain, lui, délivre un véritable «satisfecit»  à l’Algérie dans son «rapport  2017 sur le climat d’investissement dans le monde».

« L’Algérie est un marché lucratif avec un potentiel important pour de nombreuses entreprises américaines », souligne le département d’Etat américain. Il relève en particulier que l’investissement est très porteur dans des secteurs stratégiques comme l’agriculture, le tourisme, les technologies de l’information et de la communication, la construction automobile, l’énergie et la santé.

« Plusieurs secteurs offrent potentiellement des opportunités considérables de croissance à long terme pour les entreprises américaines », note le rapport qui cite des représentants du secteur privé américain opérant en Algérie. De nombreuses entreprises américaines parviennent à réaliser des bénéfices à deux chiffres, constate le document.

La stabilité du pays comme facteur d’attractivité

Dans des termes que ne récuseraient pas le gouvernement algérien lui même, le rapport met en exergue «la stabilité de l’Algérie comme facteur d’attractivité pour l’investissement direct étranger (IDE)». Il évoque également le programme de diversification de l’économie mis en place par l’exécutif  pour doper la croissance économique, dans un contexte baissier des cours de pétrole, en mettant l’accent sur les IDE afin d’accroître l’emploi et la substitution aux importations.

Il précise que le nouveau code de l’investissement offre, à ce titre, des exonérations fiscales à long terme, ainsi que d’autres incitations, mais note, par ailleurs, que les entreprises américaines doivent surmonter les barrières linguistiques, la distance et faire face également à la concurrence des entreprises françaises, turques, chinoises et européennes.

Les grandes entreprises  pas gênées par le 51 / 49

 Abordant la règle dite 51/49, régissant l’investissement étranger en Algérie, le rapport du département d’Etat précise qu’a l’opposé des PME, les grandes entreprises américaines » peuvent trouver des façons créatives pour travailler dans le cadre de cette loi ».

Il explique, en se référant aux précisions apportées par le gouvernement algérien sur l’institution de cette mesure, que cette règle vise à empêcher la fuite des capitaux, protéger les entreprises algériennes, créer de l’emploi pour les nationaux et assurer un transfert de technologie.

Le document relève que cette règle extirpée du code de l’investissement, offre de l’avis de plusieurs investisseurs étrangers, une série de mesures adaptées qui permettent à l’actionnaire étranger d’assurer le management.

L’investisseur étranger peut dans certains cas détenir la majorité du capital d’une entreprise mixte en s’associant avec plusieurs partenaires nationaux, rappelle le document qui explique qu’en dépit du fait que la règle 51/49% fixe l’actionnariat étranger à 49%, « il y a peu de lois restreignant l’investissement étranger » en Algérie.

Amélioration  du classement « doing business »

Le département d’Etat constate, par ailleurs, que le portail d’information en ligne dédié à la création d’entreprises (www.jecreemonentreprise.dz) « est clair, bien conçu, permet une navigation rapide « et répertorie un maximum de neuf étapes impliquant sept agences pour créer une entreprise.

Il rappelle que l’Algérie a amélioré en 2016 sa position dans le classement « doing business » de la Banque mondiale, notamment sur les indicateurs de démarrage d’entreprise, de facilité de raccordement à l’électricité et de l’obtention de permis de construire.

Sur le plan financier, le rapport note que les banques en Algérie affichent une solide santé financière malgré la baisse des liquidités. Les actifs non performants du secteur bancaire avoisinent un taux de 5%, qui représente la norme pour les marchés émergents.

Le marché financier, adéquatement réglementé, fonctionne efficacement malgré sa petite taille, précise le rapport qui rappelle l’objectif de l’Algérie d’atteindre une capitalisation boursière de 7,8 milliards de dollars dans les cinq prochaines années.

Enfin, le rapport note que la Cellule de traitement du renseignement financier (CTRF) a été renforcée par l’application d’une nouvelle réglementation qui a donné plus de pouvoir à cet organe pour lutter contre les transactions financières illicites et le financement de terrorisme.

Yazid Taleb

Notez cet article