Samuel Eto'o

Afrique Foot: Le président de la Fédération camerounaise de football, Samuel Eto’o, s’est excusé aujourd’hui, lundi, pour l’attaque « lâche » contre 06 journalistes algériens dans la capitale camerounaise, Douala.

Dans ses déclarations à la télévision algérienne , Samuel Eto’o a déclaré , lors de sa rencontre avec le président de la Fédération algérienne de football, Charf Eddine Amara, qu’il présente ses sincères excuses aux Algériens, suite à l’attaque « lâche » contre les journalistes algériens.

Eto’o a ajouté qu’il s’excuse auprès de ses frères algériens pour ces comportements qui ne représentent pas la morale des Camerounais, les classant dans la catégorie des choses qui peuvent arriver et qui viennent de personnes qui ne représentent qu’eux-mêmes.

L’ancienne star de Barcelone a ajouté qu’ils sont très soucieux de mettre en place toutes les mesures de sécurité, afin que tous les Algériens sentent que le Cameroun est leur deuxième pays, soulignant qu’ils savent que la délégation algérienne ne ressent pas de différence entre sa présence en Algérie ou en Cameroun.

L’ancien attaquant international camerounais a profité de l’occasion pour présenter ses excuses aux Algériens, pour saluer le grand soutien algérien pour l’organisation des phases finales de la Coupe d’Afrique des Nations 2021 dans les délais, et a remercié la Fédération algérienne de football pour sa position.

L’ancien joueur de l’équipe nationale du Cameroun, Samuel Eto’o, a exprimé ses aspirations à établir une plus grande coopération à l’avenir entre les deux fédérations camerounaises et son frère algérien, saluant dans ses déclarations les bonnes relations fraternelles entre les deux instances coréennes en Algérie et son homologue au Cameroun.

Les excuses de Samuel Eto’o sont intervenues quelques heures après que 06 journalistes algériens ont été agressés dans la ville de Douala , dont trois ont été blessés à coups de couteau, avant que leurs bagages à main ne soient volés, dont leurs passeports algériens , ce qui a incité les autorités de sécurité camerounaises à ouvrir une enquête sur cette attaque « lâche ».