La France, qui réclamait l’extradition d’Abdallah al-Senoussi, l’ex-espion de Kadhafi, pour son rôle dans l’attentat de 1989 contre un vol UTA, a « pris acte » ce jeudi 6 septembre du choix de la Mauritanie de livrer le Libyen à Tripoli.  

Abdallah Al-Senoussi a été extradé vers la Libye / DR

« La France prend acte de ce choix », a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Philippe Lalliot, rappelant que la Mauritanie devait se prononcer sur 3 demandes d’extradition formulées par Paris, la Libye et la Cour pénale internationale (CPI).

Abdallah al-Senoussi, ex-chef des services de renseignement du régime de  Mouammar Kadhafi, a finalement été remis mercredi 5 septembre par Nouakchott à la Libye, où il a été incarcéré. La France le réclamait à la suite de sa condamnation par contumace à la  réclusion criminelle à perpétuité dans l’affaire de l’attentat contre le vol UTA 772 qui a coûté la vie en 1989 à 170 personnes, dont 54 Français.

« Nous renouvelons notre soutien intangible aux victimes du terrorisme (…) Indépendamment de la suite qui sera donnée à notre demande d’extradition d’Abdallah al-Senoussi, il est impératif que les familles des victimes de l’attentat contre le vol UTA 772 soient reconnues dans leurs droits », a ajouté  M. Lalliot.

La CPI a pour sa part émis le 27 juin 2011 un mandat d’arrêt à l’encontre   de M. Senoussi, accusé d’avoir commis « des meurtres et des persécutions de civils constitutifs de crimes contre l’humanité » dès le début, mi-février 2011, de la révolte contre le régime du colonel Kadhafi.

AFP

Article précédentLa BCE assouplit encore ses critères pour prêter aux banques
Article suivantLa ligue arabe soutient le projet palestinien pour son statut d’état à l’ONU