Muna Al-Kurd

Palestine : La lutte des Palestiniens se poursuit jour après jour contre l’oppression de l’occupation sioniste et la tentative des colons d’imposer leur présence dans les territoires palestiniens occupés par des attaques et des provocations successives.

Parmi les cas les plus marquants qui ont occupé le front se trouve le cas du quartier Sheikh Jarrah, où les événements ne s’arrêtent pas.

Hier dimanche, la militante palestinienne Muna Al-Kurda été agressé par des colons israéliens, qui ont tenté de la provoquer en plaçant des bougies devant sa porte.

L’activiste, a-t-elle dit, a été menacée de faire venir de plus grands groupes de colons afin de saboter les peintures murales expressives peintes par les Palestiniens.

Et selon ce que Muna a confirmé, via son compte officiel sur Instagram, elle a été emmenée pour interrogatoire par la police israélienne, accompagnée des colons qui l’ont agressée.

La militante a déclaré, moqueuse, qu’elle avait été interrogée au motif qu’elle était soupçonnée d’avoir volé les bougies des colons, alors qu’elle avait déposé une plainte contre eux.

Le Palestinien a expliqué que la police d’occupation a confirmé qu’elle ouvrirait les caméras de surveillance installées dans le quartier afin de vérifier le problème de la destruction des peintures murales et de l’attaque qui a eu lieu.

À cet égard, Muna Al-Kurd a déclaré : « Nous ne les croyons pas, nous ne croyons pas non plus à leurs lois ou à leur justice, car il n’y a aucune justice du tout », a ajouté l’activiste, « et comme d’habitude, ils ne nous font pas peur ».

Il est rapporté que Muna Al-Kurd et son frère Muhammad ont été arrêtés en juin, accusés de « menace à la paix civile » et de participation à « des émeutes et des violences ».

Pour référence, les frères sont parmi les militants les plus en vue rejetant l’évacuation du quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem, dont les autorités d’occupation tentent d’expulser ses habitants.