Un rapport du Réseau euro-méditerranéen des droits de l’Homme, (REMDH) intitulé « Bloqués à la frontière : des migrants et réfugiés entre désert et hostilité » décrit les conditions de vie des étrangers bloqués aux frontières du Maroc et de l’Algérie, qu’il juge « lamentables ».

Le Maroc et l’Algérie sont pointés du doigt par le REMDH, pour leur manque de considération envers les migrants et les réfugiés d’Afrique subsaharienne, qui passent par l’axe Maghnia-Oujda.  «Le REMDH saisit cette opportunité pour attirer l’attention générale sur les conditions de vie désastreuses de cette population mixte et pour exprimer ses graves préoccupations quant au renvoi systématique des migrants vers la frontière », est-il précisé dans le rapport.

Le REMDH souligne «Le manque d’hygiène, la malnutrition et les conditions d’hébergement insalubres portent gravement atteinte à l’intégrité physique de cette population bloquée à la frontière », pour les deux pays, qui n’offrent aucune possibilité de soins ou de refuge. Les premières victimes de ce manque de prise en charge sont les femmes et les enfants non accompagnés, d’après le REMDH, qui risquent quotidiennement de se faire agresser à la frontière.

Cette frontière qui concerne l’Algérie et le Maroc accueille régulièrement des migrants sans papiers. Ces derniers se retrouvent souvent bloqués dans ce lieu de transit jusqu’à leur expulsion vers l’Afrique Subsaharienne.

 

Article précédentHollande aurait modifié son discours à Alger pour « éviter d’énerver » Bouteflika
Article suivantRevue de presse nationale et internationale du 27/12/2012