Le ministre des Affaires religieuses et des wakfs, Boualamallah Ghalamallah, n’est pas épargné par les affaires de corruption. Une plainte pour détournement de fonds a été déposée au niveau du Tribunal de Bor-Mourad Raïs.

Selon le journal arabophone Dazaïr news, les accusations concernent un détournement de fonds destinés à des campagnes de Hidjs de plusieurs années. Selon le journal, la plainte déposée par un citoyen contre le ministre, comporte des remarques de l’Inspection générale des Finances sur les dépenses liées à une saison de Hadj. Le ministre des affaires religieuses s’est toujours défendu d’être impliqué dans cette affaire.

Cette plainte porte sur un trou financier de 273 milliards de centimes. Personne ne connaît, pour l’heure, la destination de cet argent. Une seule certitude : le ministre n’a pas été convoqué, pour l’instant.

E. W.

Article précédentQuand le voile empêche des Algériennes de trouver un job
Article suivantLouisa Hanoune : les mesures pour les jeunes Algériens ne sont pas assez « courageuses »