La situation de l’Algérie laissait présager un taux de chômage élevé et pourtant d’après l’Office national des statistiques (ONS) il stagnerait, et aurait même baissé chez les universitaires.

Pour l’année 2011 il a été évalué à 10%, par l’ONS. Il est donc égal à celui de l’année2010 et légèrement inférieur à celui de 2009 (10,2%), mais en net recul par rapport à 2008 (11,3%). Pour les universitaires le taux est passé de 21,4% en 2010 à 16,1%.

Le nombre de chômeurs est désormais de 1.063.000 personnes, soit 10% de la population active.

Article précédentAffaire Nezzar : vers un abandon des poursuites ?
Article suivantMali : un otage algérien implore l’aide du gouvernement