Garmit Bounouira

Algérie: Le tribunal militaire a prononcé une condamnation à mort contre Garmit Bounouira, qui était le secrétaire du défunt chef d’état-major de l’armée, Ahmed Gaid Salah.

Et le journal francophone Al-Watan a révélé dans son édition d’aujourd’hui, mercredi, que le tribunal militaire de la province de Blida, lundi dernier, a condamné à mort Bounouira, et a également condamné le commandant de la gendarmerie en fuite, le général Ghali Belkecir, et l’ancien diplomate résidant à Londres, Mohamed Larbi Zitout, à la prison à vie.

Selon Al-Watan, les trois accusés sont poursuivis pour haute trahison et divulgation de secrets pouvant nuire aux intérêts de l’État.

Ghali Belkasir fait l’objet d’une enquête par Interpol après que la justice algérienne a émis un mandat d’arrêt à son encontre et que le tribunal militaire l’a déchu de son grade de général dans une affaire précédente.

Pendant ce temps, l’ancien diplomate Mohamed Larbi Zitout bénéficie de l’asile politique en Grande-Bretagne depuis des années.

Quant à Bounoira, il a été reçu de Turquie l’an dernier après un appel téléphonique entre les présidents Tebboune et Erdogan.

Il y a quelques jours, des fuites audio et vidéo ont circulé sur des pages de réseaux sociaux, qui disaient qu’elles provenaient de l’intérieur de la prison militaire de Qarmit Bounoira, dans laquelle il parle de son évasion d’Algérie et de plusieurs cas au sein de l’establishment militaire.

Il est à noter que des dizaines de généraux sont incarcérés dans la prison militaire et sont poursuivis dans plusieurs affaires liées à la corruption, la divulgation de secrets et l’abus de pouvoir.

Depuis 2019, il y a eu des procès et un suivi des généraux devant les tribunaux militaires, notamment l’ancien chef du renseignement, le général Tawfiq, son successeur Bachir Tartag et l’ancien ministre de la Défense Khaled Nezar.