Toutes les « dispositions légales ont été prises par la wilaya afin de libérer 33 maisons (douérate) de La Casbah d’Alger squattées après le relogement de leurs occupants au lendemain du séisme du 1er août 2014 », indique la wilaya dans un communiqué.

Aussitôt après le séisme du 1er août, 45 douérate de la Casbah ont été expertisées et classées dans la catégorie « rouge » par le Contrôle technique des constructions (CTC) et 331 familles ont été relogées à Ouled-Mendil (Douéra) et Chaïbia (Ouled Chebel), explique le communiqué, en notant que les services de la wilaya avaient enregistré « le squat de 33 maisons vacantes par quelques familles ».

Parmi ces familles qui ont squatté les 33 douérate, figurent celles « exclues » par la commission de wilaya du logement « parce que leurs noms figurent sur le fichier national du logement et quelques personnes célibataires ayant exigé de loger seules après le recasement de leurs familles », précise-t-on dans le communiqué.

Les investigations menées par les services de la wilaya d’Alger ont permis, selon la même source, de découvrir également que des personnes étrangères à La Casbah et quelques propriétaires qui ne résidaient pas dans leurs maisons – qu’ils ont louées – au moment de l’entame des opérations de recasement, étaient parmi les squatteurs.

Lire la suite sur Le Midi Libre

Article précédentJe m’appelle aussi Youcef Ould Dada ! Par Abdou Semmar
Article suivantRevue de presse. L’Algérie et la Russie signent un accord de coopération dans l’énergie nucléaire