Abdelmalek Sellal effectue, ce jeudi, une visite de travail dans la wilaya de Batna. L’homme qui a évité cette ville lorsqu’il était directeur de campagne d’Abdelaziz Bouteflika y retourne maintenant en tant que premier ministre.

L’agence officielle APS indique que  Sellal inaugurera notamment, au barrage de Koudiat Medouar près de la commune de Timgad, le système  de transfert hydraulique depuis l’ouvrage géant de Beni-Haroun, dans la wilaya  de Mila. Le premier ministre procèdera également à l’inauguration, au chef-lieu de la wilaya, du Centre anti-cancer (CAC) en donnant le coup d’envoi du traitement par radiothérapie du premier patient de ce nouvel établissement à dimension régionale. Il donnera enfin des logements à des citoyens de la ville.

Mais, au-delà du protocole, Sellal ne pourra pas faire l’impasse sur la symbolique de cette visite. Les Batnéens ne sont pas près d’oublier la fameuse blague de Sellal, qui avait failli mettre le feu à toute la région. « A Constantine, on disait : Chaouis hacha naâma », avait-il plaisanté avec un sénateur FLN de Batna lorsqu’il avait installé officiellement les directeurs de campagne d’Abdelaziz Bouteflika pour la présidentielle d’avril passé. Cette phrase, volée par une chaîne de télévision, avait suscité des réactions politiques et populaires violentes. Sellal s’était alors excusé.

Reste maintenant à savoir si cette virée permettra de lever le malentendu entre Sellal et les Batnéens. Dans l’agenda officiel, on ne mentionne aucun discours sur ce sujet. Mais Sellal pourrait saisir cette opportunité pour rappeler sa fameuse « bonne foi ».

Essaïd Wakli

Article précédent« Grâce » ou « à cause » du football, la rue rendue aux Algériens
Article suivantTribune libre. Vahid Halilhodzic, le contre pouvoir algérien