En marge de la séance du Conseil de la Nation consacrée aux questions orales, Tayeb Belaïz, le ministre de la Justice, est revenu sur la question de la trentaine de détenus algériens en Libye. Le Garde des sceaux a affirmé que parmi les détenus algériens dans les prisons libyennes, 30 sont condamnés à des «peines lourdes», à savoir la peine de mort et la prison à perpétuité, la plupart sont des trafiquants de drogue.

«Ces peines lourdes prononcées à l’encontre de 30 Algériens en Libye concernent des crimes graves liés en majorité au trafic de drogue», précise-t-il. Et d’ajouter: «sous toute réserve, 57 Algériens se trouvent dans les prisons libyennes». Par ailleurs, la justice libyenne «a gracié 23 Algériens en 2008 et libéré 17 détenus condamnés à des peines légères début 2009».

Tayeb Belaïz a aussi affirmé que «le dossier pris en charge par le ministère des Affaires étrangères (AE) est sérieusement suivi conformément aux conseils du ministère de la Justice car compétent en la matière». Et c’est Mourad Medelci, le ministre des AE qui «traite directement avec les autorités libyennes».

En somme, les autorités algériennes semblent confiantes quant à l’aboutissement positif de ce dossier, surtout après que le fils d’El Gueddafi, Seïf El Islam, a déclaré, lors de sa dernière visite en Algérie, que l’affaire «était de bon augure», d’après ce qu’il a entendu, dans les coulisses de la justice de son pays. De son côté, l’Algérie a gracié, fin 2008, une dizaine de détenus libyens dans les prisons algériennes. Le Garde des sceaux a déclaré «il n’y a actuellement aucun citoyen libyen dans les prisons algériennes». In fine, Tayeb Belaïz a exprimé l’espoir de voir les deux parties algérienne et libyenne aboutir à la libération dans de bonnes conditions des Algériens détenus en Libye.

NA
Avec Le Financier

prison

Article précédentProchains événements culturels au CCA de Paris
Article suivantLe chardonneret menacé d’extinction du côté de Blida