Les distributeurs et les producteurs de boissons alcoolisées dénoncent le comportement des forces de l’ordre à leur égard. Ils les accusent de vouloir mettre en place une nouvelle « campagne de prohibition » et de freiner ainsi leur activité.

Les distributeurs de boissons alcoolisées ont observé plusieurs arrestations de leurs transporteurs de boissons par les forces de l’ordre. L’Association des producteurs algériens de boissons (Apab) s’est inquiétée de ces arrestations récurrentes et prévoit d’organiser une réunion le 14 janvier pour trouver un moyen de mettre fin à ces freins, rapporte le site d’information TSA. « Un chauffeur a été arrêté, selon les informations que j’ai eues. Mais pourquoi ? Et que transportait‑il ? Nous n’avons pas encore les documents », s’interroge Ali Hamani, président de l’Apab, sur le média en ligne. L’association promet de défendre ses droits et même de demander l’intervention des autorités algériennes si elle observe un manquement au respect de leurs droits.

Prohibition officieuse ?

« Après la fermeture des bars et des débits de boissons, ils voudraient maintenant s’attaquer au circuit de distribution des boissons alcoolisées en terrorisant les chauffeurs », ajoute Ali Hamani. En effet les producteurs et distributeurs dénoncent ces dernières années certaines pressions de la part des autorités. Plusieurs débits de boissons auraient dû fermer leurs portes dans le pays, « pas moins de 1200 bars et commerces de boissons alcoolisées ont été fermés ces dernières années partout dans le pays. Dans l’Algérois, sur 90 bars et débits de boissons, il n’en reste que 30», précisait il y a quelques semaines Ali Hamani.

 

Boissons alcoolisées : y a-t-il une « campagne de prohibition déguisée » en Algérie ?
Notez cet article