Pour tenter de désamorcer la crise née de la multiplication des mouvements de grèves dans son secteur, la ministre de l’Education, Nouria Benghebrit, a entrepris, mercredi, des consultations avec tous les syndicats du secteur.

Mais avant d’aller à cette rencontre, Nouria Benghebrit a mis en garde les enseignants grévistes. «La grève a échoué et les enseignants qui ont le sens de la responsabilité n’ont pas adhéré au mouvement de protestation », a-t-elle déclaré sur les colonnes du journal arabophone El Khabar. «Je vais appliquer la loi avec vigueur», a-t-elle encore indiqué.

La ministre, qui a précisé à maintes reprises que l’objet de la discorde avec les syndicats, à savoir le statut particulier, ne relève pas ses prérogatives. Une thèse que partagent les syndicats qui tendent plutôt à faire pression sur le gouvernement.

Les deux parties ne se sont pas entendues sur le timing de la révision de ce statut particulier des travailleurs du secteur. La ministre affirme que le document, déjà révisé en 2012, nécessite de la concertation et du temps, tandis que les syndicats, eux, ne veulent pas attendre. Ils veulent tout et tout de suite.

Par ailleurs, les associations de parents d’élèves montent au créneau et dénoncent « une prise en otage des élèves ». « On en a marre des grèves », crie, pour sa part Benghebrit.

 

E. Wakli