C’est apparemment une règle dans le domaine de la construction en Algérie : Très peu de chantiers sont livrés dans les délais. Ça sera probablement le cas du nouveau stade de Tizi Ouzou. Même si les ministres qui se sont succédé à la tête du département de la Jeunesse et des Sports, y compris Ould Ali El Hadi, ont tous promis que cette enceinte sportive sera livrée avant la fin de l’année en cours (du moins c’est le cas d’après le dernier planning), la réalité du terrain plaide pour le contraire.

Hier, un responsable de l’entreprise Mapa Insaat, partenaire de l’ETRHB dans la réalisation de ce projet, a déclaré devant le P APW que ces délais «risquent d’être repoussés» si «les situations financières ne seraient pas versées mensuellement».

Ce qui reste à réaliser, ajoute-t-il, est «très couteux» ( 14,5 milliards de dinars), d’où, d’après lui, «la nécessité d’une mobilisation régulière des finances». Ce responsable a indiqué que son entreprise n’a pas reçu de payement depuis janvier dernier, ce qui, donc, «impacte négativement le rythme du chantier». «Nous avons besoins de payer nos travailleurs chaque mois et nos fournisseurs à temps», a-t-il déclaré. Présent sur place, le Directeur de la Jeunesse et des Sports de Tizi Ouzou, a répliqué en expliquant que ce retard mis dans le payement est dû «à la clôture des bilans par le trésor public».

Il a promit à cet effet que la situation sera réglée fin avril et qu’à partir de cette date les payements se feront d’une manière régulière. Ce stade d’une capacité de 50 000 % a atteint un taux de réalisation de près de 75%, selon la DJS. Il faut rappeler que le chantier a été lancé en 2010. C’est l’ETRHB, d’Ali Haddad, avec un partenaire espagnol, FCC, qui a été choisi dans un premier temps. Après près de deux ans, les espagnols se retirent pour laisser la place aux turcs. Huit ans après, le chantier n’a pas encore été livré.

Elyas Nour

Infrastructures/Le nouveau stade de Tizi Ouzou ne va pas être livré dans les délais
4.3 (86.67%) 3 votes