Le ministre des Ressources en eau, Abdelmalek Sellal a affirmé jeudi à Alger l’amélioration de l’alimentation en eau potable depuis que sa gestion a été confiée à des opérateurs étrangers dans les wilayas d’Alger, Annaba, Constantine et Oran. En réponse à une question orale d’un membre du Conseil de la Nation, le ministre a indiqué que « la gestion déléguée de l’alimentation en eau potable dans le cadre de contrats à objectifs définis notamment le transfert d’expérience a permis la généralisation de l’alimentation régulière à 96% de la population et une amélioration acceptable de la gestion des réseaux ». Même si l’Algérie est pauvre en ressources en eau, a ajouté M. Sellal, il n’en demeure pas moins que « le droit à l’eau est une réalité palpable au niveau du territoire national, la quantité journalière de chaque individu étant de 60 litres ». Le ministre a mis l’accent sur un transfert accru de l’expérience et sur la prise en charge de la gestion des structures publiques dans le cadre de la gestion déléguée de l’AEP, ajoutant que la stratégie de l’Etat en matière d’alimentation en eau a permis au secteur de réaliser plusieurs acquis dont le transfert d’expérience des étrangers vers les entreprises nationales publiques et privées. Pour le ministre, le grand développement du secteur enregistré ces dernières années au vu des moyens colossaux consacrés par l’Etat et des nombreux projets réalisés ou en voie de réalisation a « influé sur la qualité des opérateurs économiques dans le secteur ».

APS