La technique de construction des pyramides découverte par une Constantinoise obtient le brevet d’invention

0
270

La découverte d’Assia Bennouar-Abdedaim, médecin à Constantine, qui clame depuis deux ans avoir percé le secret de la technique de construction des pyramides, vient d’obtenir le brevet d’invention délivré par l’Institut national de la propriété industrielle (INAPI) ainsi que la reconnaissance par la World Invention Property Organization (WIPO). La validation par ces deux organismes de cette découverte qui a été jusqu’à présent accueillie avec beaucoup de scepticisme, « marque une étape déterminante pour la reconnaissance de la technique » mise à jour, a indiqué dimanche son auteure qui a affirmé avoir été invitée par l’INAPI à se présenter pour retirer son brevet enregistré sous le numéro 5955.
Cette reconnaissance de l’INAPI, venue après que le projet eut été soumis aux instances internationales concernées comme le veut la législation en vigueur, a été obtenue après que le Dr. Assia Bennouar-Abdedaim ait pu répondre à toutes les questions restées en suspens jusque-là, malgré les multitudes de recherche entreprises dans ce sens par des chercheurs internationaux et pas des moindres.

Le Dr. Bennouar-Abdedaim affirme avoir répondu à la question de savoir comment les constructeurs des pyramides avaient pu traçer des carrés parfaits sur le sol sans astrolabe et sans mètre ruban. Elle a également répondu au « mystère » de l’orientation parfaite vers le nord de la pyramide de Keops dont l’alignement est plus précis que le Greenwich building en Grande-Bretagne, à la façon dont on a pu monter les pierres à une si grande hauteur, au secret des couloirs descendants dont sont pourvues toutes les pyramides et d’autres questions demeurées jusque-là sans réponse.

La technique mise en lumière par le Dr. Assia Bennouar-Abdedaim permet, a-t-elle expliqué, de construire non seulement des pyramides avec des bases carrées mais aussi avec des bases ayant toutes sortes de formes. Actuellement le vœu le plus cher de l’inventrice est de faire adopter sa technique par l’Etat algérien afin que son pays puisse avoir la primauté du fruit de cette découverte qui a valu à son auteure plus de vingt ans de travail et de recherches.

Assia Bennouar-Abdeddaim, convaincue de la valeur de sa découverte espère la concrétiser dans la construction d’une mosquée pyramidale qui défierait le temps comme les pyramides des pharaons, a-t-elle confié à l’APS.

APS