Tout juste nommé, André Parant, nouvel ambassadeur de France à Alger veut donner un second souffle aux relations franco-algériennes.

Il y a 50 ans, l’indépendance de l’Algérie a marqué un point de rupture entre l’ancien colon et l’ancien colonisé. Aujourd’hui, les deux Etats sont prêt à reprendre une relation d’entente sur des bases nouvelles et solides.

«Le moment est venu de donner une nouvelle impulsion, une nouvelle ambition,» déclare André Parant après une discussion privée avec le président algérien Abdelaziz Bouteflika.

Le nouvel ambassadeur estime que les nouveaux rapports franco-algériens seront déterminants pour résoudre des défis communs : « cette relation mérite, par conséquent, toute notre attention et tous nos efforts, » a-t-il ajouté.

André souligne les conditions favorables à la mise en place de partenariat entre les deux pays.

«Je crois que cela correspond à la volonté des dirigeants mais aussi des peuples des deux pays (…) et c’est l’objectif auquel je vais consacrer toutes mes forces et toute mon énergie à l’avenir.»

Sarah Haderbache

Notez cet article