L’Arabie Saoudite n’a pas été épargnée par la vague de protestation qui touche le monde musulman. Des chiites ont manifesté et des dignitaires ont demandé aux leaders musulmans d’envisager une pénalisation  du blasphème.

Les manifestants ont brûlé des drapeaux américains/ DR

A l’appel d’Abdel Karim al-Hubeil, un dignitaire religieux, des centaines de chiites ont manifesté contre le film « Innocence des musulmans », dans l’est de l’Arabie Saoudite samedi soir. Toutefois la manifestation s’est déroulée dans le calme, les personnes présentes se sont contentées de parcourir la principale artère de la localité de Awamiya, berceau de la contestation chiite. Ils ont scandé des message hostiles aux Etats-Unis et à Israël, et brûlé des drapeaux des deux pays.

Cette manifestation est importante pour l’Arabie saoudite, qui habituellement n’autorise pas les manifestations. Cette fois-ci les forces de l’ordre saoudiennes ont laissé faire la marche sans intervenir ou forcer les manifestants à se disperser. Les autorités saoudiennes ont tenté de ne pas se laisser atteindre par les tensions qui touchent actuellement le monde musulman, en vain. Le Royaume avait même menacé de bloquer l’accès à Youtube si les Etats-Unis ne supprimait pas tous les liens menant au film qui a déclenché la polémique.

La pénalisation du blasphème

En parallèle de la manifestation, quelque 70 dignitaires chiites saoudiens ont, à l’image de l’Egypte, suggéré de punir le non-respect des religions. Un communiqué invite « les décideurs du monde musulman à prendre l’initiative criminalisant les atteintes aux religions ».

Plusieurs pays arabes avaient déjà évoqué cette idée dans le passé, même l’ONU se pose la question depuis une dizaine d’années.  Les récents évènements liés à la diffusion d’une partie du film « L’innocence des musulmans » ont mené la communauté musulmane à se mobiliser pour demander une pénalisation effective du blasphème dans les religions.

Notez cet article