Les récents cas de disparitions d’enfants ont ému et choqué la société algérienne. Le réseau de protection de l’enfance et de la promotion des droits des enfants (NADA) et les ministères de la Justice et de la Communication envisagent de mettre en place un plan alerte enlèvement pour éviter qu’il n’arrive le pire aux enfants kidnappés.

Réagir vite. Ces deux mots pourraient sauver la vie de plusieurs enfants en Algérie. Les kidnappings sont un véritable fléau en Algérie, le milieu associatif et les autorités algériennes ont justement décidé d’appliquer ces deux mots, en réfléchissant à la mise en place d’un plan alerte enlèvement, à l’image de plusieurs pays occidentaux. NADA et les ministères de la Justice et de la Communication ont prévu de se rencontrer la semaine prochaine pour étudier le développement d’un plan alerte enlèvement, a expliqué Arar Abderrahmane, le Président de NADA. Un numéro vert mais aussi des campagnes d’information seront utilisées pour lancer une alerte dans tout le pays afin de retrouver les enfants disparus le plus rapidement possible.

Le réseau NADA propose d’ores et déjà de contacter son numéro vert, le 3033, afin de réagir le plus rapidement possible lorsqu’un enfant est enlevé. « Une équipe de psychologues et d’avocats suivent déjà les cas d’enlèvement. Le réseau NADA participe au signalement des enlèvements et de coordonner les informations entre les services de justice et de police », explique le président de NADA.

Le récent kidnapping et meurtre de Chaïma, une petite fille de 8 ans a choqué la société algérienne et rappelé que chaque jour les enfants algériens sont exposés à un risque considérable. Un relais d’informations permettant de recueillir toutes les informations nécessaires pour retrouver la trace des enfants disparus pourra dans la plupart des cas de sauver la vie des enfants enlevés. Plus les délais de signalement et de recherche sont longs et plus la vie de l’enfant est en danger.