Les Algériens et Russes ne sont pas toujours sur la même longueur d’onde. Si dans les apparences les relations entre les deux pays sont au «beau fixe» dans tous les domaines, certains dossiers provoquent des bras de fer entre Alger et Moscou.

Les autorités russes ne semblent pas être satisfaites de leurs relations énergétiques avec l’Algérie. Des cades russes du secteur de l’énergie n’ont pas particulièrement apprécié le fait que l’Algérie ne veut pas élargir la coopération «stratégique» aux autres segments des hydrocarbures, comme c’est le cas actuellement pour le gaz. Selon le journal quotidien arabophone El-Khabar, qui a rapporté l’information, des cadres du ministère russe de l’énergie, ont haussé le ton, lors d’une récente rencontre à Alger avec leurs homologues algériens, sur cette question. Ils auraient demandé d’élargir l’accord stratégique au pétrole, les deux pays étant liés par un accord stratégique sur le gaz.

Cela confirme les informations données récemment par le quotidien francophone El-Watan au sujet du marché de l’armement. Le quotidien francophone a indiqué que l’Algérie s’oriente de plus en plus vers d’autres clients au détriment de la Russie. L’armée algérienne compte acquérir des équipements militaires de l’Italie, l’Allemagne et la Pologne.

Essaïd Wakli