Non, l’Algérie n’échappera pas au Printemps Arabe. C’est du moins ce que croit savoir le journaliste et influent analyste américain James Dorsey. Ce dernier, sur son blog The Turbulent World of Middle East Soccer (“le monde turbulent du football moyen-oriental”), a prédit que l’Algérie, avec l’Arabie Saoudite, seront parmi les prochains pays arabes touchés par une révolution.

Pour étayer ses prédictions, l’analyste américain s’appuie sur les violences que subissent les stades de football et la contestation que mènent les jeunes supporters algériens. Il y a de moins en moins de doute que le football, noyau historique de la contestation politique en Algérie, signale actuellement une montée du mécontentement populaire qui pourrait remettre les Algériens dans la rue”, relève à ce sujet Dorsey. Dans son analyse, l’auteur américain compare les actions de protestation des hooligans algériens aux troubles qui ont précédé les révoltes du printemps arabe en Egypte, en Tunisie et en Libye. Pour Dorsey,  “les protestations récentes participent d’une montée de la violence liée au football en Algérie, un indice que l’augmentation des salaires et des prestations sociales ne compense pas la frustration de la jeunesse vis-à-vis de l’échec de la gérontocratie”, explique dans son blog. James Dorsey prévoit enfin la même révolte populaire en Arabie Saoudite où la situation est similaire dans les stades de football puisque les supporteurs du FC Al-Nassr de Ryiad ont récemment hué le propriétaire du club, le prince Fayçal Ben Turk.