Comme à son habitude, le régime algérien a déployé un important dispositif sécuritaire au niveau d’Alger-Centre en prévision des rassemblements contre le 4e mandat qui doivent être organisés par des collectifs citoyens qui militent en faveur de la démocratie en Algérie.

11 H 47 : les manifestants anti-4e mandat commencent à se disperser dans le calme sans qu’aucun incident en soit signalé. Ils étaient au final près de 200 personnes mobilisées pour ce rassemblement qui n’a guère été empêché par les policiers. Ces derniers ont juste veillé à ce que la rue ne soit pas occupée.

11 H 35 :   Les manifestants continuent leur rassemblement et poursuivent leur mobilisation sans fléchir. Les policiers laissent faire et aucune répression n’a été signalée.

11 H 20 : plus d’une centaine de manifestants et membres du mouvement « Barakat! » sont rassemblés sur le trottoir face à la Fac Centrale. Ils crient des slogans hostiles au 4e mandat et au régime algérien. Les policiers les empêche d’occuper la rue mais sans les malmener.

???????????????????????????????

11 h 11 : Les manifestants du mouvement « Barakat! » continuent de crier leurs slogans hostiles au 4e Mandat d’Abdelaziz Bouteflika. Les Policiers présents en force se contentent pour l’heure d’observer ce mouvement de foule et ne procède à aucune arrestation.

10 H 52 : Pour l’heure, seulement une vingtaine de manifestants sont rassemblés devant la Fac Centrale à Alger. Ils ne crient aucun slogan et les Policiers n’ont pas tenté de les disperser.

10 H 49 : Aujourd’hui samedi 15 mars, Alger renoue avec la contestation. Le Mouvement « Barakat! » a lancé un appel à rassemblement devant la Faculté Centrale située en face de la Place Audin. Mais pour l’heure, c’est autre collectif, appelé le Collectif RASD, et composé essentiellement des familles des disparus pendant la décennie noire, qui a investi la rue au niveau de la Grande Poste.  Ils sont une cinquantaine à brandir des slogans contre le régime et le Président Bouteflika.

11 H 01 : environ une centaine de personnes sont rassemblées devant la Fac Centrale à Alger. Parmi eux de nombreux journalistes des télévisions privées Algériennes. Ils sont surveillés par au moins 300 policiers en civil et en tenue postés tout au long de la rue Didouche Mourad.