Les consultations pour la révision de la Constitution s’enchaînent entre Ahmed Ouyahia, chargé de mener ce projet et les acteurs politiques. L’ancien vice-premier ministre, Noureddine Yazid Zerhouni  qui prend part à cette réforme a indiqué qu’il fallait aller plus loin que cette révision. 

La révision de la Constitution n’en est encore qu’à l’étape des débats, et déjà des voix estiment qu’elle n’est pas un but en soi. Elle doit être complétée par d’autres objectifs et d’autres réformes visant à renforcer les pouvoirs de la République.  L’ancien vice-premier ministre, Noureddine Yazid Zerhouni  a estimé que « la Constitution est un document fondamental pour organiser les rapports entre les trois pouvoirs. J’ai pensé utile de préciser que la Constitution à elle seule n’est pas suffisante pour organiser la vie politique et démocratique qui répond aux principes basiques de la souveraineté populaire ».

Advertisement

Cette révision de la Constitution est toutefois pour lui une évidence, en réponse aux acteurs politiques qui ont refusé de participer à ce projet, il a indiqué que refuser le changement ou la transition politique en doucer, « n’était pas la meilleure des possibilités » pour faire éviter une fragilisation au pays. L’accent doit être mis selon lui sur  la promotion de loi qui favorisent l’émergence « des élites et leur permettront d’assumer pleinement leurs responsabilités ».

La rédaction avec APS