Alors que les autorités algériennes ont laissé se tenir une manifestation pro-palestinienne hier à Alger, les forces de l’ordre française tentent de faire interdire un rassemblement similaire prévu samedi à Paris.

La Préfecture de police de Paris a engagé une procédure pour interdire une manifestation pro-palestinienne prévue samedi 19 juillet dans les rues de la capitale française. La police redoute de nouveaux débordements après ceux de dimanche dernier, survenus en marge d’un rassemblement en soutien aux habitants de Gaza.

Des violences ont éclaté entre les manifestants -7 000 selon la police (30 000 selon les organisateurs)- et des membres de la Ligue de défense juive (LDJ) lorsque le cortège est passé devant deux synagogues du 4e et du 11e arrondissement. Huit personnes ont été interpellées, ainsi que deux ressortissants de la communauté juive et six policiers légèrement blessés.

L’interdiction du rassemblement de samedi devrait être validée par les autorités, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve ayant lui-même demandé lundi aux préfets de “redoubler de vigilance” et d’interdire les manifestations “chaque fois que des risques avérés de troubles à l’ordre public ou d’affrontements seront signalés.”

Dans un communiqué, l’Union des mosquées de France avait déclaré lundi “qu’une action qui porterait atteinte à nos concitoyens juifs, à leurs institutions ou à leurs lieux de culte, fermement condamnable et moralement injuste et inacceptable, nuirait également aux intérêts du peuple palestinien et au soutien qu’il pourrait avoir dans l’opinion publique française. »