Dans le cadre de l’opération de réhabilitation des immeubles vétustes à usage d’habitation du centre-ville de la wilaya d’Alger, lancée en février dernier, plusieurs familles occupant les caves et les terrasses des immeubles faisant l’objet de réfection, seront concernées par le projet de distribution de 25.000 logements sociaux locatifs destinés aux familles issues des sites précaires d’Alger.

Afin de permettre l’avancement des travaux de réhabilitation des immeubles vétustes du centre-ville d’Alger, la wilaya compte procéder, après le mois de Ramadhan, au relogement de plusieurs familles qui habitent dans les caves ou les extensions des terrasses de ces bâtiments. La lenteur constatée dans la progression des travaux en raison de la présence de ces familles a poussé la wilaya à anticiper leur relogement afin de raccourcir le délai de 30 mois déjà fixé par les entreprises chargées du projet.

Pour rappel, le projet de réhabilitation qui englobe la remise en état de 55.302 logements, qui ont été identifiés par une étude technique et socio-économique réalisée en 2006 sur un parc de 13.690 immeubles (78.445 logements) répartis sur les 14 communes de la wilaya d’Alger, a commencé en février dernier. Actuellement seuls quelques immeubles de la rue Larbi Ben M’hidi, en centre ville, sont en cours de travaux. Ce projet devra bientôt, une fois le mois sacré du Ramadhan terminé, concerner des centaines d’immeubles de la capitale. Il devrait avancer plus rapidement après le relogement des familles habitants dans des conditions précaires à Alger, selon les explications des élus de la commune.

Cinq milliard de dinars ont ainsi été dégagés par le ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville afin de procéder à la rénovation, dans un premier temps, de quelques 7.200 logements, situés sur les grands boulevards d’Alger-centre.

L’opération concernera également Soustara

Plus de 557 immeubles, propriété de l’OPGI ou de privés, nécessitent des travaux d’entretien et de rénovation dans les principaux quartiers de la commune à l’instar de Debbih Cherif (Soustara), Ahmed Chaïb (ex-rue Tanger), Abane Ramdane, Krim Belkacem, les Frères Bellili ou Docteur Sadane, selon l’APC de Soustara. Pour entamer les travaux de réhabilitation du vieux bâti, la Direction de l’aménagement et de la restructuration des quartiers (DARQ) a dégagé au profit de la wilaya la somme d’1 milliard de DA sur le montant approximatif de  3,617 milliards de DA, coût du projet.

L’opération de réhabilitation du vieux bâti ne concerne pas uniquement Alger-centre et Soustara. Plusieurs communes ont répondu favorablement à l’appel de la DARQ, comme Oued Smar, Bir Mourad Raïs, Hydra, Dar El Beida, Bab Ezzouar, Rouïba, Hussein Dey, Kouba et Chéraga.

S’exprimant sur la nature des travaux et le choix des sites, le wali d’Alger a affirmé que cela incombe aux communes, tandis que « l’exécution des travaux est le rôle de la DARQ ».

Nourhane S.