Dans un communiqué repris par l’APS, la Présidence de la République annonce que le président, Abdelaziz Bouteflika, a procédé, ce mardi 07 octobre, à un mouvement partiel au seins du corps de la magistrature.

« Conformément aux prérogatives qui lui sont conférées par les dispositions  de l’article 78-7 de la Constitution et en vertu de l’article 49 de la loi organique  portant statut de la magistrature, le président de la République, M. Abdelaziz  Bouteflika, a procédé à un mouvement partiel au sein de la Cour suprême et du  Conseil d’Etat ainsi que dans le corps des présidents des cours et des procureurs  généraux près les Cours, et des présidents et des commissaires d’Etat près les  Tribunaux administratifs » est-il écrit dans le communiqué diffusé par l’agence officielle.

« Ce mouvement comporte des mutations, de nouvelles nominations et des  fins de fonctions », ajoute ce communiqué laconique. Il est à noter que la brève de l’APS  ne cite aucun nom de responsable ou de cadre du département de la Justice touché par ce mouvement. Le communiqué de la Présidence ne fournit donc aucune précision concernant les noms des magistrats qui ont été nommés ou sanctionnés. S’agissant de l’entrée en vigueur de ces nouvelles décisions, aucune date n’a été aussi divulguée.