La chute des prix du pétrole ne remet pas en cause certaines décisions gouvernementales, ni l’application de la décision portant sur la suppression de l’article 87-bis du Code de travail, ou encore les augmentations salariales promises à certaines catégories.

Ainsi, le ministère de l’Education nationale va appliquer, à titre graduel, de nouvelles augmentations de salaires à quelques 170 000 fonctionnaires. Il s’agit notamment d’enseignants et surveillants généraux ayant passés le concours de promotion interne. Certaines de ces augmentations, vont être versées au courant du mois de juin avec effet rétroactif. Les sources médiatiques annoncent que les augmentations vont de 5000 à 20 000 Da selon les échelons et les niveaux. En chiffre, un enseignant du primaire sera augmenté de 6000 Da, tandis qu’un professeur de lycée verra son salaire valorisé de 20 000 DA. Cela en attendant le traitement du dossier des économes. Pour cette dernière catégorie, une commission interministérielle a été installée la semaine dernière sur instruction de Abdelmalek Sellal. Cela est intervenu après une grève qui a duré trois mois.

 

E. Wakli

Notez cet article