Mahieddine Tahkout, le puissant et influent homme d’affaires et importateur multi-marques via sa société Cima spécialisée dans la vente de tous types de véhicules vient de tirer à boulets rouges sur le président de l’Association des concessionnaires (AC2A), Mourad Oulmi. Il critique ouvertement sa politique et sa gestion et l’accuse d’être loin de représenter les concessionnaires en Algérie.

Avec des mots acerbes, Mahieddine Tahkout, le puissant et influent homme d’affaires et importateur multimarques via sa société Cima spécialisée dans la vente de tous types de véhicule et qui a fait fortune dans le transport des étudiants des universités de la capitale, a ouvert le feu sur le président de l’Association des concessionnaires (AC2A), Mourad Oulmi et a ouvertement critiqué sa politique et sa gestion concernant le marché de l’automobile en Algérie. Dans une vidéo publiée sur la chaîne Youtube Lee-Dz TV, l’homme d’affaires a catégoriquement refusé d’accepter l’élection de Mourad Oulmi à la tête de l’Association des concessionnaires en contestant la pertinence de son élection et en insinuant son incompétence à pouvoir représenter les concessionnaires et ce, notamment après que ce dernier ait appelé à mettre fin au travail des concessionnaires qui n’appartiennent pas à la société-mère. Il est à rappeler que Mourad Oulmi, P-DG de Sovac, représentant officiel du groupe Volkswagen en Algérie, a été élu, le 15 avril dernier, à la tête de l’Association des concessionnaires automobiles algériens (AC2A). Pour Mahieddine Tahkout, Mourad Oulmi « ne représente que lui-même, je refuse qu’il me représente ou qu’il parle en mon nom », a-t-il déclaré sur un ton sévère.

Le très influent homme d’affaires déclare, par ailleurs, être ouvert à toute loi concernant les concessionnaires automobiles, mais à condition qu’elle émane du gouvernement. Dénonçant la politique adoptée par le président de l’Association des concessionnaires, M. Tahkout affirme qu’elle ne s’intéresse en aucun cas aux véritables problèmes que vivent les concessionnaires. «Ces personnes-là ne pensent qu’à leurs intérêts et veulent arriver au niveau du gouvernement par n’importe quel moyen. Ils ne sont que des concurrents qui veulent nous empêcher de travailler », a-t-il ajouté.

À l’origine de cette guerre déclarée entre le représentant officiel du groupe Volkswagen en Algérie M. Oulmi et Mahieddine Tahkout se trouve le nouveau cahier des charges relatif à l’importation des véhicules neufs, qui a été traité le 24 décembre en Conseil de gouvernement. Ce chapitre divise les concessionnaires automobiles algériens, entre les partisans de son entrée en vigueur dans l’immédiat et ceux qui font du lobbying pour son report, ce qui menace la stabilité du marché de l’automobile en Algérie.

Nourhane. S.

Notez cet article