Les herbes vendues par les «herboristes» et les produits de la médecine alternative ou la phytothérapie représentent-ils un danger pour la santé ? Affirmatif, si l’on croit le Conseil d'éthique et de déontologie pharmaceutique.

Le président de ce conseil, Dr. Lotfi Benbahmed, a mis en garde, hier, en marge de la conférence internationale sur la pharmacie, contre l’utilisation «de certains médicaments issus de la médecine alternative, de la phytothérapie et les compléments alimentaires non soumis au contrôle». Celui-ci a tenu à signaler que «ces produits connaissaient une large commercialisation à travers les différentes régions du pays». De ce fait, le Conseil d'éthique et de déontologie pharmaceutique a lancé un appel en direction des instances concernées pour la «réglementation et le contrôle de ces produits en vue de protéger la santé du citoyen». A noter que la phytothérapie est «la médecine fondée sur les extraits de plantes et les principes actifs naturels».

Advertisement

Si, partout dans le pays, il existe des herboristes très sollicités dans certains cas, des produits «phytosanitaires» sont vendus au niveau des pharmacies ces dernières années. Un certains d'entre eux d’entre ne sont soumis à aucun contrôle. Mais les plus dangereux sont de toute évidence les herbes vendues par certains herboristes autoproclamés, seulement motivés par le gain, que des citoyens désespérés sollicitent s’attendant à des remèdes miracles.

Elyas Nour