Dans le cadre de la politique d’austérité, le ministre de l’Agriculture, Sid Ahmed Ferroukhi, a dévoilé, lundi, lors de son passage au Forum d’El Moudjahid, les objectifs de son département visant à freiner la dynamique d’importation qui pèse lourd sur les dépenses de l’État.

Le ministre a indiqué que son département aspire à atteindre des objectifs « plus précis »  concernant certaines filières agricoles dont les premiers résultats se feront sentir dés 2019. L’un de ces objectifs prioritaires est l’autosuffisance en matière de blé dur dont l’Algérie importe 50% de ses besoins. L’intervenant affirme que notre pays est capable d’assurer une autosuffisance concernant ce segment et que le gouvernement a mis en place une stratégie pour y parvenir.

L’autre secteur concerné par cette nouvelle stratégie est celui des semences fourragères. Le ministre indique à ce titre que son département va prendre des mesures visant à encourager la production des fourrages, élément important pour l’augmentation de la production laitière afin d’atteindre à l’horizon 2019 une autosuffisance totale en matière de poudre de lait.

Les autres filières potentielles sont celles des concentrés de tomate et de la pomme de terre. Sid Ahmed Ferroukhi explique que l’Algérie envisage, d’ici trois ans, de devenir un pays exportateur en ce qui concerne les concentrés de tomate et compte également devenir autonome en ce qui concerne les semences du tubercule.

Il a également dévoilé des chiffres concernant la dynamique de croissance de son secteur, sur le quinquennat 2015-2019: le gouvernement aspire à atteindre  un taux de croissance moyen de 5% dans le domaine agricole. La réalisation d’un million d’hectares en irrigué constitue également un objectif quinquennal revêtant une importance capitale. Ils’agit également de porter la couverture forestière à 13% contre 11% actuellement, créer plus d’emplois et s’inscrire à l’exportation dans certaines filières.

 Pour atteindre ces objectifs, le ministre table sur les 8,5 millions hectares de surface agricole utile dont 400 000 hectares ont été attribués à des investisseurs privés voulant développer une activité agricole dans le sud du pays.

Le secteur agricole, qui représente 10 % du PIB du pays, a réalisé une croissance de 7,5 % durant l’année 2015, selon le ministre.

Massi M.

Notez cet article