Edition/ Un dictionnaire français-arabe algérien vieux de 120 ans réédité

0
827

Publié la première fois en 1886, le dictionnaire français-arabe algérien de Belkacem Ben Sedira vient d’être rééditer par les éditions “Dar Khettab”. Conçu, à la base, pour les échanges entre les Algériens colonisés, l’administration coloniale et les pieds-noirs, ce dictionnaire de 1300 pages a été présenté par les linguistes comme une œuvre précieuse pour connaître le parler algérien utilisé autrefois.

Il s’agit d’un ouvrage composé de 15000 mots, utilisés à l’époque coloniale par les Algériens lors de leurs multiples échanges avec l’administration coloniale. Ce dictionnaire bilingue de Ben Sedira réhabilite une langue répandue parmi les Algériens jusqu’à la première moitié du XIXe siècle, tout en constituant une précieuse source d’informations sur la vie au quotidien des Algériens de cette époque.

A propos de l’importance de cette œuvre, la linguiste Khaoula Taleb El Ibrahimi a souligné qu’il s’agit d’un travail important, accessible aussi bien au lecteur qu’au chercheur et leur permet de connaître l’algérien anciennement pratiqué. Il faut dire que si l’algérien tel que parlé de nos jours utilise en moyenne 1000 mots, le dictionnaire de Ben Sedira, pour sa part, propose un corpus de 15000 vocables.

Présenté, dans sa préface, comme un repère et un trésor culturel par le sociologue et urbaniste Djaâfar Lasbet, l’ouvrage de “Ben Sedira” initie le lecteur à l’Arabe algérien, restitué à travers ses anciennes expressions utilisées dans diverses circonstances que le dictionnaire a remises au goût du jour. Selon Nourredine Abdelkader, qui a préfacé une précédente édition, les mots utilisés dans cette œuvre sont usuels et accessibles au commun des locuteurs arabophones dans le monde.

Le responsable de la maison d’édition “Dar Khettab”, Rachid Khettab, a expliqué sa décision de rééditer cet ouvrage, en dépit de l’absence du soutien financier et les faiblesses du réseau de distribution, par le fait qu’il représente une référence linguistique à ne pas négliger.

Nourhane S.