Partis politiques/ Le FFS qualifie le pouvoir «d’autiste»

0
227

Le Front des forces socialistes (FFS) se montre de plus en plus critique vis-à-vis du pouvoir. A l’occasion d’une rencontre organique, tenue samedi à Tizi-Ouzou, le premier secrétaire national de ce parti, Mohamed Nebbou l’a critiqué sévèrement, le qualifiant «d’autiste».

«La chute des prix du pétrole a levé le voile sur un pays impuissant et un pouvoir autiste, en panne de visions et de perspectives», a indiqué Mohamed Nebbou dans son allocution. Le responsable politique a affirmé que «la cherté de la vie, la dégringolade continue de notre monnaie nationale accable nos concitoyens qui s’enlisent dans la précarité et la pauvreté. Face à cela,  le pouvoir en place n’affiche aucune volonté politique pour le changement de l’ordre établi. Il continue dans sa gestion unilatérale et autoritaire des affaires de l’Etat, sans se soucier des risques et des retombées  d’une telle gestion sur l’avenir du pays», a déclaré Mohamed Nebbou.

Le parti de feu Hocine Aït Ahmed a réitéré à cette occasion, sa proposition d’aller vers un consensus national. Au FFS, «nous demeurons convaincus que la réponse à la crise doit être globale, concertée, collective et consensuelle, d’où ressort l’urgence d’œuvrer au plus large rapprochement possible entre Algériens de tous les horizons pour un consensus national à même de préserver l’unité nationale, la cohésion sociale et l’intégrité territoriale de l’Algérie», a rappelé le responsable du FFS.

Essaïd Wakli