La célébration de la Journée nationale de la victoire, qui coïncide avec le 19 mars, a été une occasion pour Abdelaziz Bouteflika de vanter ses «réalisations» et de critiquer les «révoltes» arabes.

Dans un message, lu en son nom par Houda-Imane Faraoun, le chef de l’Etat a rappelé que que «la récente révision  constitutionnelle traduit la volonté indéniable de l’Etat d’aller de l’avant  sur la voie de la concrétisation des aspirations du peuple en termes de démocratie efficiente qui favorise l’émergence d’une société en mesure de compter sur son  génie innovant et créatif et ses propres ressources pour parachever l’œuvre d’édification et de construction et perpétuer le message de nos valeureux martyrs ».

Pour Abdelaziz Bouteflika, qui a commis une erreur d’Histoire en faisant l’amalgame entre l’OAS (Organisation armée secrète) et l’OS (Organisation secrète), les révoltes arabes sont un «complot». «Notre peuple est également appelé à rester vigilant et solidaire face  aux complots dévastateurs ourdis contre la nation arabe tout entière et dont des peuples frères payent aujourd’hui la rançon comme nous mêmes l’avons fait durant la tragédie nationale dont les vents ont soufflé en vérité de l’extérieur», a insisté Abdelaziz Bouteflika.

Sur le plan économique, Abdelaziz Bouteflika a appelé les Algériens à «se mobiliser, travailler et innover en vue de surmonter la crise économique mondiale qui a affecté notre pays du fait de la chute des prix du pétrole et afin de poursuivre ensemble le processus du renouveau national aux plans politique, économique, social et culturel».

Essaïd Wakli

Notez cet article