« Le  chiffre de 200 mille morts est un chiffre politique ». C’est avec ces termes que le général à la retraite, Abdelkader Maïza, ancien chef d’état-major de la 1re Région militaire, a commenté le bilan de la décennie noire en Algérie. Lors de son passage sur le plateau de « Kihna Ki Nass », le Talk-Show diffusé sur KBC TV,  ce général à la retraite a affirmé que le bilan de 200 mille morts est exagéré et ne correspond pas à la réalité du terrain des années années 90.

D’après le général Maïza, le chiffre le plus proche de la réalité est celui de 100 mille morts, a-t-il répondu lorsqu’il a été interpellé par le chroniqueur Abdou Semmar. Le général Maïza s’est également prononcé sur le maintien du service militaire en Algérie. En revanche, il n’a pas livré son analyse sur les projets de loi visant à imposer le silence aux militaires à la retraite et aux officiers de réserve.

Notez cet article