Une campagne de sensibilisation percutante, lancée depuis le mois dernier par l’activiste Elias Filali, parti en croisade contre les actes d’incivilités, connaît un effet boule de neige. Sous la dénomination d’«Aâtili Mokhek» -littéralement donne-moi ton cerveau-, cette campagne citoyenne ne cesse de mobiliser.  

Tout est parti d’un concept d’une simplicité déconcertante. Elias Filali, l’initiateur de cette campagne, encourage l’action et appelle à délaisser la passivité. Le principe : guetter les comportements et les actes d’incivilités dans les ruelles et les grands espaces de la capitale et interpeller leurs auteurs de manière subtile.

Certains ont peut être rencontré ces affichettes, sur lesquelles est inscrit en gros caractère le slogan «Aâtili Mokhek», collées aux pare-brises des voitures garées anarchiquement, ou devant des objets insolites jetés à même le sol sur des lieux publics.

Connu pour ses actions militantes, Elias Filali a visé juste. Sa démarche citoyenne est en train de se transformer en un véritable mouvement, traduisant un certain ras le bol d’une population qui assiste impuissante au fléau social  du mépris d’autrui.

https://www.youtube.com/watch?v=GLa2XZzDhp4

Massi M.

Notez cet article