Non, aucune douanière n’a été licenciée à cause du port du voile. Le démenti apporté jeudi par le ministre des Finances, Hadji Baba Ammi, est cinglant. Le ministre a réagi officiellement à certaines informations qui ont circulé massivement dans plusieurs médias arabophones ces derniers jours. 

Selon ces informations, « des travailleuses dans le corps des douanes dans la wilaya de Laghouat auraient été licenciées en raison du port du voile« . La Direction générale de douanes (DGD), « n’a licencié aucune travailleuse à cause de sa tenue », ajoutant que « l’équité homme/femme dans les droits et devoirs, est un principe constitutionnel », a précisé à ce sujet le ministre des Finances.

Les travailleurs de cette institution ont des droits et obligations dont le port de l’uniforme pendant l’accomplissement de leurs missions, conformément à l’article 39 de la loi 207-79 de juillet 1979, portant code des douanes amandé et complété, a expliqué encore Baba Ammi. « Le principe d’équité homme/femme dans la fonction publique, est un principe constitutionnel consacré par les lois et les régimes, » a indiqué le ministre qui a ajouté que « tous les agents douaniers bénéficiaient des mêmes droits et des mêmes devoirs, y compris le port obligatoire de l’uniforme ». Signalons enfin que pas moins de 4000 femmes travaillent au sein de la Direction des douanes (4.000 agents féminins), soit plus de 23% du nombre total des travailleurs de cette institution.