Plus d’un mois après, la disparition mystérieuse du site TSA des écrans connectés aux réseaux Algérie Télécom et Mobilis commence à être élucidée. Les langues commencent à se délier. Tous les chemins semblent mener vers une décision éminemment politique.

Selon le ournal en ligne Maghreb Emergent, la décision de bloquer TSA proviendrait de la ministre de la Poste et des TIC. «C’est la ministre des Postes et technologies de l’information et de la communication (PTIC), Houda-Imane Faraoun qui a transmis par téléphone, le soir du 05 octobre dernier, une instruction au DG d’Algérie Télécom afin de couper l’accès à TSA, écrit Maghreb Emergent. «Les langues n’ont commencé à se délier qu’il y a quelques jours depuis qu’il s’est précisé que la censure de TSA ne semble pas être une décision consensuelle entre la Présidence de la République, l’Etat major de l’ANP et le gouvernement», note le journal électronique qui cite un retraité du secteur de TIC. La décision est jugée illégale puisqu’elle ne s’appuie sur aucun jugement ou décision de justice.

Si l’information se confirme, elle ne va pas manquer de renforcer le combat des éditeurs de la presse électronique qui ont décidé de se regrouper en association pour défendre leur secteur et la liberté de la presse.

Rania Aghiles