Des sociétés de production internationales se sont plaintes auprès de l’Office nationale des droits d’auteurs et droits voisins (ONDA) au sujet de certaines chaines de télévision privées algériennes qui diffusent des films et autres produits télévisuels sans avoir acquis les droits au préalable.

C’est le premier responsable de l’Office, Sami Benchikh El Hocine, qui l’a affirmé ce jeudi, lors d’une conférence de presse organisée à l’occasion de la signature d’un accord entre l’ONDA et le groupe Condor.

« Ces chaines ont mis l’Algérie dans une situation délicate. A ce rythme, on va faire face à des problèmes inextricables », a-t-il affirmé, avant de prier les responsables de ces chaines, sans les citer nommément, de faire preuve de professionnalisme et de ne diffuser un produit que si les droits ont été acquis.

Il est vrai que certaines chaines de télés algériennes ont diffusés ces derniers mois des films qui viennent à peine de sortir dans les salles obscures aux Etats-Unis et en Europe. L’acquisition de ces productions coute très chère.

Ce n’est pas le premier « problème » auquel fait face l’ONDA avec ces chaines de télévisions privées. L’année passée, ce même responsable les avait avertis contre la diffusion d’anciennes chansons algériennes sans payer les droits. Ce n’est qu’après moult sollicitations que certaines d’entre elles se sont acquittées de leurs dettes. Pour le reste, il faudra attendre. A suivre.

Elyas Nour