Le refoulement de la marchandise algérienne récemment exportée vers la Russie et le Canada a fait réagir les autorités. Le ministre du Commerce, Saïd Djellab, a indiqué dimanche à Alger, avoir instruit ses services de collecter toutes les  informations nécessaires sur l’affaire.

« Concernant cette affaire, j’ai ordonné aux services du ministère du Commerce de collecter les informations nécessaires concernant l’exportateur et de définir les causes du refoulement de la marchandise », a-t-il fait savoir en marge d’une séance d’audition devant la Commission des finances et du budget à l’Assemblée populaire nationale (APN), consacrée aux mesures contenues dans le PLFC-2018.

Le ministre a fait remarquer que « de petites opérations de refoulement peuvent se produire ». A cet effet, il a expliqué que « l’exportateur doit être au courant de toutes les procédures exigées dans le cadre d’une opération d’exportation y compris les exigences du marché vers lequel il souhaiterait exporter sa marchandise ».

Au delà du coup porté à l’image du pays, cette affaire reflète également les défaillances qui peuvent exister au niveau des mécanismes de contrôle de la qualité des produits. Tout au long de la semaine dernière, plusieurs médias ont indiqué que la raison de ce refoulement était une forte concentration de pesticides dans les produits en question. Ce qui mérite d’être souligné, c’est que cette production agricole est celle là même qui est consommée en Algérie.