Le Parti des Travailleurs présidé par Louisa Hanoune a décidé de retirer ses députés de l’APN. Dans un communiqué, le parti souligne les dangers d’un passage en force à travers l’application de l’article 102 de la constitution et appelle à la convocation de l’assemblée constituante.

Le bureau politique du Parti des Travailleurs vient d’informer, à travers un communiqué, que les députés du groupe parlementaire du PT vont jeter l’éponge.

« Le bureau politique du Parti des Travailleurs a décidé hier 26 mars, la démission du groupe parlementaire du parti de l’APN », souligne le même communiqué.

Le PT considère que l’activation de l’article 102 est une manœuvre pour maintenir le système, soulignant que l’une des revendications du peuple est le départ du gouvernement actuel et de ses figures.

« La déclaration du chef d’état-major diffusée hier à partir d’Ouargla apparait comme dirigée contre la volonté de l’écrasante majorité du peuple de chasser un système corrompu et décomposé et disposer d’elle-même. C’est une immixtion dangereuse du militaire dans le politique ».

Toujours selon le communiqué, « l’application de l’article 102 est porteuse de tous les risques pour la nation, pour sa souveraineté et son intégrité ouvrant la voie aux ingérences étrangères tant rejetées par les millions de manifestants. Ce qui confirme que toute période de transition constitue un réel danger pour le pays. Par conséquent, une éventuelle constitutionnalisation de ce qui s’apparente à un coup de force, constituerait une dérive sans précédent qui menacerait les fondements mêmes de l’État et la sécurité nationale, une menace contre la paix recouvrée » a-t-il chargé.

À la fin, le PT a appelé « à la convocation de l’Assemblée constituante nationale souveraine ».