blank

Le Comité national des boulangers (CNB), que préside Maamar Hentour, a rejeté la proposition du Ministère du Commerce qui consiste à fournir aux boulangers une farine «fibre» spéciale pour le pain, subventionné, en contrepartie du maintien des prix actuels du pain.

Selon une information parue dans le journal arabophone El Khabar, cette farine présente plusieurs inconvénients. Et l’un d’eux est qu’esthétiquement, la commercialisation du pain fabriqué par cette farine peut poser problème puisqu’il sera…noir. Même si ses qualités nutritives restent les mêmes. Le CNB indique, d’autre part, que l’autre problème est lié au fait que cette farine n’est utilisable que dans les anciens fours, alors que, signale le Comité, 80 % des boulangers disposent de matériel modernes inadaptés pour celle-ci.

De plus, la fabrication du pain avec cette farine, estiment les boulangers, nécessite des techniques qui ne sont pas maitrisées par la majorité d’entre eux. Il est utile de rappeler que les boulangers ont organisé, le 23 avril dernier, «une journée sans pain» afin de réclamer une révision de son prix. Un action qui risque d’être reconduite dans l’avenir si jamais leurs revendications ne sont pas prises en charge. Le prix du pain est fixé par décret. Il est de 7,5 dinars pour le pain ordinaire et 8,5 dinars pour l’améliorer.

Des prix restés inchangés depuis près de deux décennies. Les boulangers estiment que leur marge bénéficiaire ne cesse de se rétrécir. D’où la nécessité, selon eux, de revoir les prix. Les autorités, quant à elles, sont décidées à maintenir les prix tels quels. Dès lors, une commission a été installée pour réfléchir à la question. Selon toute vraisemblance, nous nous dirigeons tout droit vers le «renforcement» des subventions sur la farine cédée actuellement aux boulangers au prix de 2000 dinars le quintal. Si les prix du pain ne sont pas augmentés, le Ministère du commerce fera certainement baisser le prix de la farine cédée aux boulangers.

Elyas Nour

Article précédentHamza Bendelladj, alias « le hacker souriant », risque jusqu’à 30 ans de prison
Article suivantRabah Aït-Hamadouche : le travail dans la peau, les récompenses à flots