Après les agrumes et les légumes frais, le gouvernement s’apprête à interdire l’importation d’autres produits de consommation. Selon diverses sources, le ministère du Commerce devrait s’attaquer à l’achat, auprès de la Turquie et de la Tunisie notamment, de biscuits, confiseries et pâtes alimentaires.

Selon ces mêmes sources, le département, que gère de manière intérimaire Abdelmadjid Tebboune, veut élargir la liste des produits importés. C’est d’ailleurs ce qu’a insinué le ministre dans une interview accordée au site TSA. «Vous imaginez que l’on importe pour 18 millions de dollars de chewing-gum chaque année ou des dizaines de millions de dollars de mayonnaise et sauces ? Il n’est pas interdit d’en importer, pour ceux qui en ont besoin, mais ce sont des produits de deuxième, troisième ou quatrième nécessité. Il faut rationaliser. N’est-on pas capable de fabriquer ces produits ici ? », s’est-il interrogé.

Pour l’instant, la rencontre interministérielle, chargée de définir les quotas d’importation, n’a toujours pas rendu ses conclusions. Cela devrait se faire dans une quinzaine de jours.

Essaïd Wakli

Article précédentPolémique/ Un livre « réhabilitant un bachagha des harkis » déchaîne les passions en Algérie
Article suivantMédecine «alternative» et «hidjama»/ 155 herboristeries fermées dans la wilaya d’Alger