Jour fatidique pour des milliers de citoyens algériens. Les souscripteurs au programme de Logement promotionnel public, LPP, vont commencer à recevoir, dès aujourd’hui mercredi, les ordres de versement des premières tranches pour l’achat d’un logement.

L’entreprise nationale de promotion immobilière, EPI, a donc mis en place les premières mesures concrètes dans le but de faire avancer une opération qui s’avère être un test grandeur nature pour les autorités. Car, c’est autour de ce projet et de celui de l’AADL que devra être jugée la crédibilité du gouvernement qui a tant promis aux Algériens.

Le montant de la première tranche est de 1 millions de Da.  Au bout de 8 à neuf mois, les bénéficiaires, qui recevront les avis favorables dès aujourd’hui, vont verser une nouvelle tranche de 1500 000 Da, ce qui donne un total de 2,5 millions de DA, à savoir 250 millions de centimes, à payer en moins d’une année.

Plusieurs souscripteurs contactés ont exprimé leur désarroi. « Mais je ne pourrais absolument pas réunir une telle somme en un laps de temps assez court », s’indigne une fonctionnaire qui, en compagnie de son mari, ont demandé un logement F5 dans l’Algérois. « Mais avec une telle somme, l’opération sera impossible », s’exclame Mohend, inscrit, lui à Béjaïa.

Ils sont plusieurs citoyens à être confrontés à ce dilemme. Car, si ces  prétendants au LPP ont des revenus plus au moins élevés par rapport au commun des citoyens, économiser de telles sommes en un temps records relève de l’impossible. D’autant plus que la grande majorité des citoyens qui composent cette catégorie est locataire de logements avec des prix souvent élevés. Le gouvernement va-t-il encore alléger la procédure pour permettre au grand nombre de citoyens d’accéder au logement ? A suivre.

 

Essaïd Wakli

Article précédentLe groupe Benamor sponsorise la Fédération algérienne de handball
Article suivantLes jeunes en pré-emploi toucheront un salaire complet