Ecouter la version audio    blank MP3

Quelque 400 personnes ont manifesté samedi devant l’un des bâtiments de la BBC à Londres contre son choix de ne pas diffuser un appel de fonds pour venir en aide aux victimes de l’offensive israélienne contre la bande de Ghaza.

La BBC craint que la diffusion sur ses antennes de l’appel du Comité d’urgence pour les catastrophes, qui regroupe plusieurs ONG dont la Croix rouge britannique ou Oxfam, ne nuise à son image d’impartialité.

Le ministre au Développement international, Douglas Alexander, a fait parvenir vendredi soir une lettre aux principales chaînes de télévision leur demandant de diffuser cet appel d’ONG qui voudraient lever plusieurs milliers de livres pour fournir des médicaments et de la nourriture aux habitants de Ghaza.

« Je pense que le public britannique peut distinguer entre le soutien à l’aide humanitaire et une impression de partialité dans le conflit« , a-t-il expliqué sur la BBC.

En réponse au ministre le directeur général de la BBC a confirmé la position de la chaîne. « Après consultation avec les rédacteurs en chef, nous avons conclu que diffuser cet appel, sous quelle forme que ce soit, risquait de remettre en question la confiance du public envers l’impartialité de l’ensemble de la couverture des événements par la BBC« , a-t-il dit.

La décision de ne pas diffuser l’appel avait été prise la semaine dernière en concertation avec plusieurs autres chaînes, mais certaines principales concurrentes de la BBC sont depuis revenues sur leur décision.

Les manifestants criaient « BBC honte à toi » et « libérez la Palestine » devant l’un des bâtiments de la BBC, à Portland Place, dans le centre de Londres.

Le Conseil musulman de Grande-Bretagne, qui regroupe des associations musulmanes, a également protesté contre la décision de la BBC, estimant qu’il s’agissait « d’un grave abandon de ses obligations envers le public« .

Source: APS

Article précédentCrise financière mondiale: le plan de financement de Sonatrach 2009/2013
Article suivantMandat d'arrêt contre le président Omar Hassan El-Bachir: la Russie prête à s'engager "politiquement"