La baie d'Oran vue de Santa Cruz

Une femme s’est vue refuser l’entrée à la polyclinique de Marsat El Hadjadj, dans la wilaya d’Oran, parce qu’elle portait un short.  L’affaire a provoqué une polémique sur le web et la femme, qui n’a pas pu se soigner, a rendu public sur les réseaux sociaux la photo de son short pour alerter l’opinion publique et dénoncer l’attitude discriminatoire dont elle se dit victime.

« Quand on n’a pas voulu me prendre en charge, j’ai protesté en leur disant qu’on était dans un établissement de santé publique. Elles m’ont répondu que l’établissement ne reçoit ni les hommes ni les femmes habillés en short, et que c’était partout pareil, y compris à la gendarmerie. Tout de même ! Je vis en bord de mer ! », a confié la victime dans son témoignage accordé au correspondant local du quotidien francophone El Watan. D’après la même source, les infirmières de la polyclinique ont indiqué à la victime que « seuls les cas d’urgence (noyés ou autres) étaient admis dans l’enceinte de la polyclinique en tenue de plage ». Pour le reste, un code vestimentaire rigide est imposé aux patients de la polyclinique dont les responsables ont accroché un écriteau invitant  leurs visiteurs à se couvrir décemment.

 

Article précédentEtudes dans les universités américaines/Lancement d’un programme pour aider les étudiants algériens
Article suivantLe pétrole poursuit sa chute/ L’économie algérienne en danger