Les membres du réseau REAGE (Réseau des algériens des Grandes Ecoles) ne cachent plus leur désespoir d’organiser enfin une assemblée générale pour élire un conseil d’administration et un bureau comme prévu par la loi 1901. En effet, le site Maghreb Confidentiel a publié un article intitulé : « La grogne monte à Reage ».

Selon les contestataires, l’association n’est plus en règle depuis plusieurs années : les statuts déposés à la préfecture ne sont plus à jour, l’assemblée générale ordinaire qui doit se tenir chaque année n’as pas été tenue depuis 2009. De plus, certains membres se sont questionnés sur le financement de l’association et ont demandé à consulter les comptes. Le président, Fetah Ouzzani et le Trésorier Belkacem Bachouchi refusent de les transmettre. Pourquoi ? Aucune réponse valable selon les contestataires surtout que c’est une obligation prévue par la loi française.

Un président illégitime ?

Depuis 2009, les membres réclament, conformément à la loi française, la tenue d’une assemblée élective pour élire un président et un conseil d’administration. Celle-ci a été plusieurs fois reportée. Le président est donc illégitime depuis 2009.

Grandes écoles ou amicale des algériens en France ?

REAGE – Réseau des Algériens diplômés des Grandes Ecoles, est composé d’une quasi-totalité de membres n’ayant pas fait de grandes écoles.  En effet, aucune vérification n’est réalisée pour s’assurer que les futurs membres sont véritablement issus d’une grande école. Alors pourquoi utiliser cette dénomination ? On peut s’interroger sur les objectifs de cette association. D’autant plus, qu’après consultation de leur site Internet, nous pouvons y voir 8 objectifs. La question se pose. Comment cette association fait-elle pour répondre à chacun de ces 8 objectifs ? Quels sont les projets concrets notamment en terme de promotion des parcours d’excellence ? Quelles sont leur sources de financement  ? Sachant que leur taux de cotisation était ridicule en 2009 d’après les contestataires et il est peu probable que cela ce soit amélioré.

Depuis 2009, une activité quasi-inexistante

La majorité des membres actifs et administrateurs de REAGE ont quitté l’association en 2009 face au refus du président à collaborer et respecter la loi. Depuis, il ne se passe plus grand chose. Par exemple, le grand évènement annuel « Forum REAGE » n’existe plus. Les anciens organisateurs ont quitté le navire. Même constat pour le club Energie qui faisait beaucoup parler de lui en organisant des évènements avec des experts internationaux. Un autre élément surprenant, d’après les contestataires, REAGE UK et EAU n’existeraient pas ni juridiquement ni au niveau opérationnel.

A en croire le site Internet de l’association, plusieurs grandes entreprises implantées en Algérie soutiennent REAGE comme Alstom, Cevital, Aigle Azur, BP. Info ou intox ?

RH